Viadeo, bien dans sa course

No Comment 0 View

Le réseau social professionnel revendique aujourd’hui 35 millions d’abonnés

Olivier Fécherolle, chef du développement et de la stratégie chez Viadeo, aime à filer la métaphore. Selon lui, l’entreprise pour laquelle il travaille serait  » une mine d’or dont une veine seulement aurait jusque-là été exploitée « . C’est un fait : en dépit de l’arrivée de Facebook et autres réseaux en tout genre, Viadeo continue de croître. Derrière Linkedin et ses 120 millions de membres, le réseau français s’est solidement installé sur le marché avec 35 millions d’abonnés, dont 4,5 millions en France.

Sa stratégie de développement est aujourd’hui éprouvée : Viadeo n’arrive pas en conquérant, rachète partout où il souhaite installer des petites structures. Avec elles, le savoir-faire local, la culture, le particularisme. Exemple : au Brésil, Viadeo a racheté Unyk, société performante sur la maîtrise de la viralité. Du coup, le site français a fait une double bonne affaire.  » On a beaucoup appris sur l’aspect social grâce à eux « , admet le directeur du développement.

LE PIED DANS L’EMPIRE DU MILIEU

C’est sur le territoire chinois que reposent aujourd’hui les perspectives les plus prometteuses du réseau social français. Depuis six mois, le marché est en pleine expansion. Une chance pour Viadeo qui a acheté Tianji.com (tianji signifie rouge en mandarin), un  » petit  » réseau social à vocation professionnelle – de 8 millions de membres quand même.

Depuis, le service enregistre 500 000 nouveaux adhérents chaque mois. Et ce chiffre devrait pouvoir nettement s’accélérer. Ainsi, Dan Serfati, l’un des deux fondateurs de l’entreprise, n’a pas hésité à s’installer en Chine il y a moins d’un mois.  » Le pays entre dans la zone de maturité « , juge Olivier Fécherolle. En posant le pied dans l’empire du Milieu via une entreprise locale, Viadeo s’assure aussi de moins être victime de coupures décidées par les autorités…

Ouvert en 2004, le service n’a pas eu à pâtir de l’arrivée (en 2008) et du succès de Facebook. Au contraire, le géant américain a fait un important travail d’évangélisation qui a profité à tous. On n’aurait pas l’idée, aujourd’hui, d’ouvrir un nouveau service sur Internet sans y adjoindre au moins des fonctions sociales.

L’heure est aux réseaux catégoriels. Autant dire que Viadeo était en avance sur son temps. Y compris en adoptant très tôt le modèle économique dit  » Freemium « , l’accès gratuit pour tous. Et pour 26 euros par trimestre, les membres peuvent disposer de fonctions supplémentaires, notamment savoir qui a consulté leur compte. Cela représente 50 % de ses revenus. 30 autres % proviennent des activités de recrutement. Le reste est le fruit des rentrées publicitaires. Olivier Fécherolle n’a besoin d’aucune métaphore pour expliquer que, depuis septembre 2009, le réseau est devenu profitable et fait travailler 260 personnes.

O. Z.

Viadeo.com

(article paru dans Le Monde TéléVisions du 25 septembre 2011)


About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

Archives
Catégories
Mon facebook
Score social
Tags
Mon premier rôle
Mon hymne (tenir….)
Mon guide
51VESPSH6DL._