Réduction d’effectifs et rigueur budgétaire

No Comment 73 Views

(article paru dans Le Monde du 27 mai 2004)

Olivier Zilbertin

L’ASSEMBLÉE générale de la Fédération française des sports de glace (FFSG) aura lieu à Toulon le vendredi 18 et le samedi 19 juin. Cette AG sera élective, précise le président par intérim, Marc Faujanet. D’ici là, la FFSG devra adopter le budget et avaliser un plan de licenciements qui semble désormais inéluctable.

« On a cherché toutes les solutions pour sauver tout le monde », plaide M. Faujanet. Mais « il y aura peut-être aussi des départs volontaires », reconnaît Me Lebossé-Peluchonneau, administrateur judiciaire de la FFSG. Le directeur financier, Bruno Calmels, dont la rémunération est un sujet de discorde, a déjà fait savoir qu’il avait proposé de diminuer son propre salaire.

En 1997 et 1998, M. Calmels était employé de la société Fixe finances et entreprises qui effectuait des expertises comptables dans le cadre de la procédure de redressement de la FFSG en collaboration avec l’administrateur judiciaire. C’est lui qui a transmis le chiffre d’affaires réalisé et encaissé par la FFSG durant la période d’observation.

Or ce chiffre sert de base au calcul d’une partie des honoraires de l’administrateur. Me Lebossé-Peluchonneau l’a ensuite fait embaucher à la Fédération, en 1999, afin de répondre à « une vraie demande de surveillance émise par le tribunal ». Ce dernier se serait inquiété de cette pratique qui, si elle n’a rien d’illégal, ne contribue pas à la transparence du contrôle et du suivi de la fédération.

A cette situation délicate s’ajoute le fait que la FFSG manque cruellement d’argent. Le 22 mars, Marc Faujanet s’en est inquiété dans une lettre adressée à Didier Gailhaguet, encore président à cette date de la FFSG, et au comité exécutif. « Il apparaît, écrivait-il, que les résultats 2003 seront sérieusement dégradés. Les chiffres évoqués dernièrement, près de 900 000 euros de perte sur l’exercice 2003, sont surprenants. Je vous rappelle, ajoutait-il, que le budget prévoyait un excédent de 560 000 euros ».

Du coup, le septième dividende du plan de continuation ne pouvait être versé, et le ministère des sports avait suspendu sa convention d’objectifs. La nomination de Me Lebossé-Peluchonneau comme mandataire ad hoc et la démission de Didier Gailhaguet semblent avoir débloqué la situation. La convention est arrivée, mardi 25 mai, chez le mandataire, et les créanciers devraient être rapidement payés. Mais la FFSG vient de perdre un partenaire important : Lalique, sponsor du trophée qui porte son nom.

.


About the author

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

Archives
Catégories
Mon facebook
Score social
Tags
Mon premier rôle
Publicité

Téléchargez cettes vidéos avec
ce video downloader
Mon hymne (tenir….)
Mon guide
51VESPSH6DL._