Le Lépine à Méludia

No Comment 80 Views

Puisqu’on est dans l’univers de la musique, appelons cela une rengaine : « Même chez les musiciens passionnés, le souvenir des classes de solfège reste plutôt douloureux. » De fait. Combien d’apprentis musiciens ainsi recalés, de futurs virtuoses refoulés par l’aridité et l’austérité de la discipline, combien de Mozart ainsi assassinés ? Le refrain est connu, mais il n’en sonne pas moins juste, entonné, cette fois, par Bastien Sannac, président et cofondateur de Meludia, une méthode ludique pour apprendre la musique.

C’est qu’il y aurait tant à dire sur les premiers apprentissages dans les académies ! Toutes ces années passées parfois sans jamais écouter le moindre instrument, sans rien jouer, à répéter machinalement des notes sourdes et muettes au rythme d’un vieux métronome fatigué, à s’ennuyer dans la lecture désincarnée des partitions, l’apprentissage récursif des notes. Ne les accablons pas : les conservatoires ont aussi leur raison, leur mission, leur méthode. Ils visent l’harmonie et la rigueur, l’excellence, la virtuosité.

Avec la méthode Meludia, la musique vous parle d’abord à l’oreille. L’apprentissage chamboule tout, il renverse les portées et retourne les clés, en s’appuyant sur des activités ludiques stimulant la créativité et les sensations.

On y apprend la musique simplement, sans instrument, en insistant sur le plaisir de l’écoute et les émotions, pour tous, en fonction de son niveau et de sa pratique. Aux débutants, on propose de reconnaître des sons, des séries de notes, de réagir et répondre aux questions, de marquer des points et de recommencer avant de passer à l’exercice suivant…

La théorie, un « repoussoir »

L’apprentissage est d’abord un jeu. Le solfège et la théorie viennent après, qui restent bien sûr nécessaires, « mais sont un repoussoir quand ils sont abordés en premier », souligne M. Sannac.

Sur le site, un test en version bêta permet de juger de la modernité et de l’attrait de la méthode, s’il ne permet pas de mesurer l’efficacité sur le long terme. L’essai est gratuit, l’abonnement est ensuite proposé au prix de 99 euros par an.

On ne quittera pas l’apprentissage de la musique sur le Net avant d’avoir cité aussi la plus classique iMusic-School. Ni surtout en ayant fait rouler une dernière fois les tambours pour Meludia : la start-up a été invitée à participer au prochain concours Lépine, du 30 avril au 11 mai, concours qui s’ouvre – enfin – à l’univers du digital.

Olivier Zilbertin

(Chronique publiée dans Le Monde daté du 25 avril 2014)

 


In : Musique

About the author

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

Archives
Catégories
Mon facebook
Score social
Tags
Mon premier rôle
Publicité

Téléchargez cettes vidéos avec
ce video downloader
Mon hymne (tenir….)
Mon guide
51VESPSH6DL._