Le dernier voyage de Monsieur Hulot

No Comment 17 Views

On s’était calé à 20 h 00 tapantes devant le journal de TF1, à l’affût. Quand même : il y aurait bien un mot, une allusion, en fin d’édition au moins. Mais non, rien. Nicolas Hulot et la première chaîne avaient fait savoir le matin même qu’ils avaient mis un terme à leur collaboration. Autrement dit, que le magazine « Ushuaia », c’était fini. Terminé. Promis aux rayons des souvenirs, et aux soirées nostalgie. Aux rediffusions. A l’oubli peut-être. Pas tout de suite, tout de suite : il reste quelques épisodes inédits en boîte prêts à être diffusés.

Il n’empêche : le tocsin ne pouvait pas sonner dans l’indifférence, se disait-on. Pensez, l’histoire durait quand même depuis 1987. Au fil des ans, l’audience s’était certes érodée, ainsi que le rappelait jeudi 29 décembre Le Parisien. Les premiers temps, les voyages de M. Hulot pouvaient attirer jusqu’à 10 millions de téléspectateurs. Mais le dernier épisode en date, diffusé il y a un an, le 29 décembre 2010 – soit après vingt-quatre ans d’existence – avait encore réuni plus de 4 millions de personnes devant le petit écran. Il est de toute façon des aunes auxquelles certaines choses ne se mesurent pas.

Alors on a guetté. En vain. Pas même une transition de circonstance. Coïncidence ou non, il se trouve pourtant qu’Ushuaia faisait son grand retour à l’écran, le soir même de l’annonce de sa fin prochaine. Après un an d’absence pour cause de candidature à l’investiture des Verts, Nicolas Hulot nous montrait de nouveau le chemin. A sa manière, le souffle souvent coupé et par la majesté de la nature et par l’effort.

Direction cette fois le Tchad et son désert, ses nomades, pour une quête et une rencontre singulières, dans l’un de ces endroits que la planète sait précieusement tenir au secret. Sur les traces de notre plus lointain ancêtre, « Toumaï » – « espoir de vie » – qui peuplait cette partie du Sahara il y a 7 millions d’années, en ces lieux où « le temps mesure l’espace », où vivent les Toubou, peuple fier et mystérieux, libre, au coeur des massifs abrupts du Tibesti et de l’Ennedi.

On s’en souvient peut-être, la découverte de Toumaï avait repoussé plus loin encore dans le passé nos connaissances sur les origines de l’homme. Mais surtout : Toumaï et ses congénères vivaient alors dans un décor vert, riche et luxuriant, piqué de forêts, de lacs et d’oasis. Quels témoignages en reste-t-il aujourd’hui, interroge Nicolas Hulot.

Et nous, nous serions nous intéressés à Toumaï, à ce peuple nomade, aux décors somptueux du désert tchadien, si l’actualité ne nous y avait poussés ? Franchement ? On ne sait. L’émission avait ses fidèles. Et les autres. Ceux qui ne s’installaient peut-être pas à tous les coups dans leur fauteuil, mais pour qui le programme n’en faisait pas moins partie du décor. Il faut parfois apprendre qu’on va en être privé pour retrouver le vrai goût des choses.

(Paru dans Le Monde daté du 31 décembre 2011)

Olivier Zilbertin


In : Chroniques

About the author

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

Archives
Catégories
Mon facebook
Score social
Tags
Mon premier rôle
Publicité

Téléchargez cettes vidéos avec
ce video downloader
Mon hymne (tenir….)
Mon guide
51VESPSH6DL._